En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Saturday  25 November  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin
Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux
Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
49ème Chronique

Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux

Kritix, le Thursday 7 January 2010 - 3424 consultations - Commenter la chronique

Après que la longue remontrance-Ryanair du président député-maire de Poitiers ait produit tous ses effets (voir la chronique précédente), le conseil communautaire du 18 décembre 2009 reprit son cours habituel. Et le conseiller Yves Jean de mener l'entame avec l'obligeance des circonstances... Fut présenté des subventions dévolues à l'espace scientifique Mendès-France.

19h10. Les élus narguèrent l'adjoint aux finances pour qui, semble-t-il, il ne se trouverait pas de petites dépenses...
       À la troisième délibération, relative au financement du prochain viaduc de la gare, le président de la CAP Alain Claeys lança amèrement, « Je remercie le Conseil Général [de la Vienne]. Si la compétence générale disparaissait, on serait drôlement ennuyés... » Alain Claeys faisait allusion aux prochaines réformes sarkozystes des collectivités territoriales, préparées en catimini par les conseillers de l'Élysée.

Claude Bertaud, président du Conseil Général de la Vienne, en septembre 2009.
© kritix.com

À la délibération 6, le conseil se félicita que la section investissement du budget principal de l'eau, de l'assainissement, du camping, ait correspondu à tous les budgets dans la limite des sommes prévues.
       Les louanges portèrent jusqu'à la délibération 14 où le Conseil délibéra, soucieux. On rappela que tous les employeurs étaient obligés d'abonder à un versement transport. Aussi, la CAP se devait-elle d'assurer la perspective du bus à haut niveau de service. Les simulations iraient vers un équilibre, ce qui permettrait de rembourser les engagements financiers. Le taux maximum possible est de 1,83% pour la CAP, quand le maximum est pour la majorité des grandes agglomérations à 1,80%. En clair, la CAP aurait de bons fondamentaux financiers. Le Conseil approuva comme un seul homme après un : « La voix qui est engagée est de voter ces moyens financiers ! »
       Alain Claeys portant haut ses prospectives, « C'est important pour la CAP, pour le Grand Poitiers. Pour le travail financier, je voudrais remercier les services. Ils sont partis des investissements de 2014 pour assurer les grands projets [...]. On a un plan. Cela nous donne de la force pour répondre au Grenelle de l'Environnement. [...] Nous rentrons vraiment dans une nouvelle ère concernant les agglomérations. Nous avons décidé qu'en septembre 2010, le plan de circulation sera mis en place. Cela demandera des efforts, engendrera des incompréhensions qu'il faudra gérer. C'est notre job ! » Alain Claeys est "in" !

Le conseiller Robert Rochaud, « C'est un signe politique fort. Les modes [de transport] doux sont des axes forts. L'axe CHU-centre-ville aurait été préférable au viaduc en terme d'émissions CO2. Nous serons vigilants. Nous soutenons. Nous voulons une politique cyclable... »

Jean Jacques Guérin, «  C'est important financièrement, mais aussi politiquement que de faire franchir une nouvelle étape dans la CAP. Les besoins appèlent cette transformation. C'est vital pour la vie étudiante ! Ce n'est pas neutre et se fait une seule fois sur le mandat. La nouvelle ligne va structurer l'agglomération. Il faudra aller plus loin. On est dans le périmètre de l'agglomération, mais il faudra aller au-delà pour être efficace. »

Dérapage contrôlé sur le parvis enneigé de Notre-Dame la Grande de Poitiers, le 6 janvier 2009.
© kritix.com

19h33. Le maire de Chasseneuil-du-Poitou Claude Eidelstein assume l'intérim. La conseillère Christiane Fraysse se félicite de la politique de financements et de sensibilisation à la biodiversité sur les territoires de la CAP. Claude Eidelstein, souriant, lucide, prononça lentement, de guerre lasse, « On est donc dans l'air du temps... »

19h37. Le vice-président de la CAP Gérard Sol s'attela à présenter la redevance eau et assainissement dans le cadre des réhabilitations du réseau (7 millions d'euros) en surface et souterrain. Les prix varient en fonction des équivalents-habitants. Il y aura différents raccordements suivant les communes de la CAP.
       Un élu, préoccupé par la précarité de ses administrés devant le coût écologique dispendieux, lança très remonté, « Avec une redevance à 2 %, c'est une augmentation de 4 % pour ceux qui ont l'assainissement ! Ce sera même 7 % pour certains ! Ça peut poser des problèmes de recettes. Je n'ai pas de solutions miracles. Cela posera problème si les recettes sont en baisse parce que les gens font des économies [en eau]. Ils vont mettre leur installation en conformité avec la réglementation. Par mesure d'équité, il faudrait accompagner les 7 000 à 10 000 euros de mise aux normes. »
       Gérard Sol, « C'est un dossier qui sera revu. »
      
       Le prix du mètre cube d'eau épuré devrait être maintenu. Selon le diagnostic 2009 de l'agence de l'eau, la CAP est « dans les clous de la loi... »
       Le maire de Biard Anthony Siraut, chargé du département eau et assainissement de la CAP, parla concessions, diamètres et compteurs.
       Un élu s'interrogea sur les matériaux d'évacuation des eaux et les gros diamètres imposés aux administrés, « Les gens ne comprennent pas ! »
       Alain Claeys, revenu discrètement présider, sourit devant cette question d'expert, « Il faut que tu y ailles doucement... »
       L'élu poursuivit, « Je n'ai pas plusieurs tuyaux, je n'ai qu'un tuyau ! On a tarifé plusieurs conduites ! » Un fou rire tenailla les élus. Une élue n'en pouvait plus...
       Un autre élu, « Sur les petits et gros tuyaux, je ne sais pas si il y en a un ou deux... »
       Les grivoiseries de Noël étaient déjà de sortie...

Théâtre Auditorium de Poitiers (TAP) au blanc crépuscule poitevin... (6 janvier 2009)
© kritix.com

Jean Daniel Blusseau, prudent, « Avant de vous parler de recettes, je vais vous parler de dépenses. Nous avons, en investissement, l'usine de retraitement de Bellejouanne pour une eau de qualité pour tous. » Autrement dit, il y avait des doutes sur la qualité de l'eau distribuée à l'usager, qui est aujourd'hui le mélange d'une eau médiocre provenant du Clain mélangée à une eau saine provenant d'une nappe profonde, celle de Fleury... L'élu continua, embarrassé, « On en profite pour changer les canalisations en plomb. On va assurer l'équilibre avec un mètre cube d'eau qui augmente de 7% ; à rapprocher des taxes diverses qui elles n'augmentent pas de 7% heureusement. Ce qui nous amène à parler de la facture : elle augmente de 4%. Pour ceux qui ne paient pas l'assainissement, ce sera 5,71%. »
       Alain Claeys clarifia la hausse de charge, voyant son conseiller mal à l'aise, « L'usager paiera 4 % de plus : il paie pour l'investissement. C'est toujours trop, mais les charges d'exploitation n'augmentent pas. J'étais l'autre jour à Bellejouanne pour participer à une réunion publique. [...] La maîtrise de l'eau, sa qualité, doit se gérer avec parcimonie. »
       Jean Daniel Blusseau reprit la main, « On arrive à un prix à 2,92 euros, bien situé. »

L'élu Patrick Coronas, soucieux de l'information donnée aux usagers, « Je m'excuse de ne pas être présent à toutes les commissions. Il serait intéressant d'informer des "pourquoi" ! »
       Alain Claeys approuva la démarche pédagogique, « C'est juste ! Il faut dire pourquoi on investit. »
       Patrick Coronas reprit, « Ces délibérations devraient être mises ensemble. Elles sont importantes dans la gestion de l'Eau. Ce sont des investissements lourds pour l'eau potable. [...] Y-a-t-il une obligation de résultats ? Comment accéder au suivi des résultats concernant l'aspect phytosanitaire ? Y aura-t-il une fiche accessible aux particuliers, distincte des éléments fournis par les entreprises qui vendent [les systèmes de retraitement] ? »
       Alain Claeys voyant les questions épineuses se profiler, « Il faudra y répondre lors de la prochaine commission. » Traduction : la qualité actuelle de l'eau répond aux normes, mais elle n'est pas très bonne.

La conseillère Christiane Fraysse, « Réfléchir à une inflexion de notre politique et acheter des terrains [pour sauvegarder la qualité de la ressource en eau,] serait utile. »
       Alain Claeys, « Ce n'est pas au consommateur de payer toutes les normes. Mais c'est à une politique de solidarités d'y répondre. C'est vrai pour l'incinérateur [où les tarifs n'augmentent que de 2%]. [...] Il faut se donner des règles : la démocratie respirera mieux. À 20h45, ce devrait être terminé. Allez, on accélère ! »
       Jean Daniel Blusseau, le préposé à l'assainissement, clôtura, « On va protéger les captages... »

Poitiers, parc de Blossac enneigé. Décembre 2009.
© kritix.com

Puis vint le temps du schéma directeur des transports publics. Le conseiller Jean-Jacques Guérin, « La loi du 11 février 2005 nous impose une mise en conformité dans les accès handicapés. Je félicite le service pour ce gros boulot ! Il formalise les principes généraux et les engagements. À la commission transport, la loi impose que tout soit réalisé en 2015 : c'est beaucoup de discussions car c'est impossible [de respecter les délais]. On commence par les priorités puis nous irons jusqu'au bout. »
       Le président Alain Claeys, « C'est un programme énorme ! »
       Le conseiller Robert Rochaud, « C'est un travail considérable ! On va prendre toutes les formes de handicaps. Il est prévu 3 millions d'euros hors taxes, or ce devrait être à 7 millions d'euros. C'est un investissement considérable ! »
       Le conseiller Jean-Jacques Guérn, « Pour ce qui est des 3 millions : il s'agit des priorités ! Il faut savoir que 50% [des investissements] est de compétence communale, car c'est la voirie. »
       Alain Claeys, « Je sens la fatigue monter ! » Les élus étaient dissipés, peu attentifs et conversaient en apartés...

20h10, le conseiller Jean Marie Compte présenta les tarifs vélos. Puis le conseiller El Mustapha Belgsir évoqua le développement économique de la CAP, « Les services de l'État nous invitent à la mutualisation. Dans le cadre du PLI [Plan Local d'Insertion, NDR], on se désengage : il est raisonnable de ne pas mutualiser avec La Rochelle. [...] Pour ce qui concerne le Pôle Emploi, la crise change de nature. C'est une hausse de 42% du chômage longue durée. C'est insidieux. La présente convention engage Pôle Emploi qui procèdera aux éligibilités des populations, par des accompagnements personnalisés. [...] La maison de l'emploi, subventionnée à 80%, s'est restructurée depuis 2009. [Sa vocation,] c'est l'observation territoriale, la gestion des ressources humaines. »

Après ce moment sur les timides politiques économiques, la présentation d'un bassin d'orage et le corolaire des expropriations, le conseiller Dominique Clément et maire de Saint-Benoît signifia, « Il faudra alimenter les réserves foncières... »
       Alain Claeys eut le soucis de la précision, « Concernant la zone industrielle République 4, il y a eu une réunion présidée par Jacques Santrot. »

Des servitudes firent leur entrée. Les premières, foncières, à la Cassette. Les secondes, high-tech, avec la fibre optique.

À la délibération 53, il fut question d'une opération consistant à rapprocher le public d'une bourse du logement, en vue d'une qualité de vie des personnes âgées et handicapés. Le conseiller Patrick Coronas signifia la pertinence de l'opération, « Il est important de faire le lien entre emploi et logement. »
       Le président Alain Claeys, « C'est la cohérence de la politique globale. »
       La délibération passa inaperçue...

Poitiers, hôtel de ville en avril 2009.
© kritix.com

Le conseiller Dominique Clément fit sourire un Conseil usé par le labeur, « Pour ce qui concerne l'accroissement des fonds propres [de SIPEA], ça devient un peu nébuleux. J'ai pas trop compris. Et là, j'ai explosé en plein vol, pour être honnête ! »
       Le président Alain Claeys assuma et ne faiblit pas, « Avec SIPEA, on arrive au bout. J'en suis très content. Concernant la caisse des dépôts et consignations, tout devrait se passer avec les relations les meilleures. »
       Le conseiller Jean-François Macaire, le préposé à SIPEA, « La part en nature de la caisse des dépôts augmente. La CAP intervient financièrement à hauteur de 117 134 euros. On demande aux autres actionnaires de suivre cette augmentation de capital. Il s'agit de faire un habitat performant. » Las, Dominique Clément opina du chef.
       Alain Claeys, « C'est un très beau dossier ! »
       Patrick Coronas, « C'est un investissement aux Couronneries, malgré le non placement [des Couronneries] dans l'ANRU... »
       Alain Claeys, « On signera avec le président de SIPEA. » Puis, considérant que certains conseillers sont aussi administrateurs de SIPEA, le président intima, « Les administrateurs ne prennent pas part au vote ! » En effet, les conseillers en charge des questions de la CAP ne sauraient être juge et partie. L'empilement des fonctions est parfois dérangeante, incommode, difficile pour traiter avec perspicacité de l'intérêt général.

Après les montages, les obscurs mécanos de la politique sociale, le Conseil se porta aux grottes de la Norée, puis au camping de Saint-Benoît. La CAP n'oublie pas les délibérations dites mineures...
       20h30, on vota des avances classiques sur subventions concernant le sport professionnel et de haut niveau... Alain Claeys s'interrompit et, regardant sa conseillère Magali Barc tout occupé à converser, « C'est Magali qui est dissipée ! » Le président aussi n'en pouvait plus... Pourtant, se ressaisissant, il continua, « Il y a un pacte pour trouver une solution. Nous mettrons, avec Aurélien, un cabinet d'audit indépendant pour leur sécurité. Pour les élus, c'est une information utile. » Le président député-maire est bien instruit de mettre sous tutelle les associations sportives aux pratiques financières nonchalantes...

La conseillère Magali Barc, «  La CAP peut se féliciter du bon classement de la CAP pour ce qui concerne la vie étudiante. »
       Alain Claeys, ragaillardi, « C'est bien de le dire quand c'est bon ! Éliane ! » À la surprise de tous, les bavardages incessants avaient cessés... La conseillère Éliane Rousseau fit consciencieusement lecture de sa délibération.

La préfecture de Région irradie Poitiers, en mai 2009.
© kritix.com

20h35, une délibération sur les chèques restaurants précéda la dernière intervention du conseiller Francis Chalard. Il exposa le schéma directeur des ressources humaines (sensé faciliter l'insertion dans les services de la collectivité) dans un plan triennal de maintien dans l'emploi, d'un coût global de 1 million d'euros, « Je remercie les ressources humaines. [...] Je me perds parfois dans les chiffres. »
       Alain Claeys, dans les prolongations, « C'est un très beau dossier. Je vous souhaite une bonne année. J'ai un peu bousculé les services ces derniers temps, mais on avance bien sur les dossiers. Merci ! On fera une commission générale sur le commerce le 29 janvier. » Voilà qui résuma bien le Poitiers Politique de 2009.

20h40, le président député-maire leva la séance.

Dans les derniers jours de décembre 2009, le président député-maire reçut le collectif anti-LGV ; lesquels se regardèrent en chiens de faïences. Le quotidien « La Nouvelle République » titra le 30 décembre 2009 : « Anti-LGV et Alain Claeys : un dialogue de sourds ». Quel gâchis : ce fut un rendez-vous manqué ! Gageons que la CAP saura, dans une lettre ouverte au président de la république française, écrire noir sur blanc le chantage dont la CAP fut la victime : un désengagement de l'État ; manquement régalien pourtant vilipendé régulièrement par le grand élu Alain Claeys.
       Pour reconquérir les cœurs et passer à la postérité, un élu de la République doit combattre l'indignité républicaine partout où elle se trouve. L'opposition citoyenne au désengagement de l'État attend de pied ferme que les élus Alain Claeys et Catherine Coutelle rejoignent fraternellement le volontarisme de la présidente de région Poitou-Charentes.

Pour la gouverne, le collectif « Non à la LGV » a publié son « Compte-rendu de la réunion de travail avec Ségolène Royal et Daniel Barillot à la Région Poitou-Charentes le 3 décembre 2009. »
       Ils furent entendus, « Ségolène Royal nous a reçus durant une heure trente et le dialogue a été de qualité, particulièrement ouvert avec un rebond sur nos propositions qui nous apparaissent, au sortir de cette réunion, de plus en plus crédibles. Une conférence de presse a suivi au cours de laquelle Ségolène Royal a fait un compte-rendu fidèle de nos décisions. »

Bernard TOMASINI en décembre 2008 en commission permanente à la maison de la région à Poitiers. Il fut chef adjoint au cabinet (1986-1988) puis chef de cabinet (1993-1995) du ministre de l'intérieur Charles PASQUA. Préfet du Val-de-Marne en décembre 2005, il gère l'affaire des squatters de Cachan. Par décret du 9 octobre 2008, il est nommé préfet de la Région Poitou-Charentes.
© kritix.com

On combat le désengagement de l'État par la preuve des choix politiques et non par le cynisme. La CAP ne doit pas prêter allégeance au désengagement de l'État et cela doit être envoyé aux services préfectoraux de Poitou-Charentes dans les délais les plus brefs, lesquels sauront comprendre les valeurs souverainistes, comme il se doit en République.

À défaut, le risque d'un divorce politique entre les élites et les citoyens aurait des conséquences désastreuses en terme de dignité de la classe politique. Le divorce ne doit pas être consommé.
       Les élus peuvent encore reconquérir les cœurs. Ne soyez pas impavides ! Craignez l'humeur d'un peuple trompé ! Il en va de la république.
       Vous, qui aimez votre territoire, sachez ne pas confondre ligne comptable et vertu républicaine. L'erreur est humaine, l'élu doit s'amender : il en va de l'intérêt général. La démocratie et les élus en sortiront grandis.


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter