En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Monday  25 September  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2)
Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1)
Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
7ème Chronique

Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1)

Kritix, le Thursday 5 February 2009 - 3013 consultations - Commenter la chronique

Poitiers. Averses localement orageuses. Vent à 35 kms/h avec des rafales à 75 kms/h. Bourrasques place d'armes. Il sembla qu'un climat tempétueux régna dans le ciel de Poitiers. Ce 19 janvier 2009...

Malgré la neige, l'Hôtel de ville de Poitiers se réchauffe... (6 janvier 2009)
© kritix.com

18H00, les lumières de la salle des Échevins rappelèrent aux passants qu'en séance, la vie publique poitevine allait se tenir, permanence des temps. Mauvais présage, mauvaise augure !? Les signes annonciateurs semblaient peu propice au contentement, à l'apaisement des esprits ; le tourment d'un Conseil déjà en ébullition... Superstition ? Les augures, mais quelles augures ? Les donzelles, fées, grand'goule et autres subterfuges n'iraient pourtant pas jusqu'à faire céder un chorum qui déjà s'était réuni...

18h03, le conseil municipal observa un public venu en nombre . Agitation, nervosité, personne ne sait... « Entrez ! N'ayez pas peur, … c'est impressionnant... bons citoyens que vous êtes !... », une inhabituelle et notable affluence citoyenne avaient choisi d'assister à ladite séance. Une fois n'est pas coutume, une caméra sur pied de France 3 région prit place. Un présentateur du JT de france 3 Poitou fit la prise de son, un photographe fit quelques clichés pour la presse locale. Débonnaire, détendu, l'entourage du maire patienta, attendit le maître de cérémonie Alain Claeys qui tarda. Son prédécesseur, l'édile Jacques Santrot, était plus carré, ponctuel...

18h15, le maire de Poitiers fit son entrée, conformément au « quart d'heure poitevin ». Se levant prestement, avec gravité et posture cérémonieuse... lui, qui voulut marquer la circonstance...

« je compte faire inscrire à l'UNESCO une partie de coeur d'agglo », Alain Claeys, député-maire de Poitiers, apparenté PS.

Dérapage contrôlé sur le parvis enneigé de Notre-Dame la Grande de Poitiers, le 6 janvier 2009.
© kritix.com

« Presque 10 mois après l'installation du conseil municipal, les conseillers sont collectivement en passe de désigner, penser notre ville pour les 15 années qui viennent », avec les élus d'opposition pour mener les suivis de projets. « Coeur d'agglo est un état d'esprit, […] je compte faire inscrire à l'UNESCO une partie de coeur d'agglo... Dans une stratégie d'espaces publiques, de fonctionnalités ; de façades de centre-ville avec rénovations intérieur et extérieur... Les propriétaires doivent être encouragés pour supprimer les handicaps. » De facture consensuelle, le maire fit lecture d'un discours personnalisé aux trémolos hiératiques : voulut que Poitiers se réappropriât sa rivière du Clain, que le commerce de centre-ville fut réglé, que les métiers de bouche en plein coeur de ville fussent une priorité ; il marqua son envie de laisser à sa ville natale un héritage durable. France3 région filma consciencieusement.
      
       Un peu gauche, le maire continua. « Avec l'équipe d'urbanisme, nous coproduirons le Poitiers de Demain [...] je salue largement les 2 équipes non retenues ce soir et souhaite que chacun s'exprime largement. » Il avança son discours prudentiel. « Double définition : conforter la sérénité, exalter la ville. C'est la cité de Demain ! » Son laborieux feuillet écrit avec attention et effort littéraire revendiqua ce poitevin de naissance, cette légitimité à « créer les conditions pour redistribuer dans coeur d'agglo sa facilité d'Usage : on se sent chez soit à l'endroit approprié d'urbanité et de civilités [...] Transversalité des thèmes du Néo-poitevin [...] Place Leclerc : doubler la surface au profit des usagers ; se réapproprier l'espace. Articuler le coeur d'agglo avec le secteur sauvegardé... » Empesée, son allocution eût tôt fait d'assoupir l'assemblée pour une délibération déterminante. Il réveilla son monde par un «  Il faut que tout le monde puisse s'exprimer dans de bonnes conditions ! », ne voulant pas être perçu comme un potentat après un quelconque passage en force... Le cinquième adjoint au maire Jean jacques Guérin: «  L'engagement du mandat c'est requalifier le centre-ville, son patrimoine prestigieux. Les poitevins aiment leur ville : elle ne se découpe pas, mais forme un tout avec le succès du secteur piétonnier [...] Élargissement de l'ère d'influence de Poitiers : du Futuroscope à l'ensemble à la CAP. Y inspirer la quiétude. Décloisonner, désenclaver : les 3 équipes n'ont pas forcément géré les pollutions, les piétons, la vie urbaine comme il l'aurait fallut. La priorité est ainsi donnée à la mobilité pour tout le monde. Une double vision s'impose : garder Poitiers comme ville vivante et comme nouvelle attractivité. Enfin, la procédure de marché négocié est la bienvenue, par le projet de l 'architecte Yves LION et son équipe. »

« Coeur d'agglo ne doit pas être un vaste forum sans cohérence », Stéphane Braconnier, conseiller apparenté UMP.

Boulevard Solférino, grande passerelle et Espace Toumaï sous la neige à Poitiers, le 6 janvier 2009.
© kritix.com

Le conseiller Serge Rouquette prit la parole « L'UMP choisit LION... merci pour cet esprit d'association au Projet. Ville sale, grise, il y a 15 ans... Redimensionner le centre ville de Poitiers s'impose : ce centre ville délaissé par Jacques Santrot ; ne répétons pas les erreurs du Passé ; comme à la gare avec les commerces sinistrés ! Les poitevins aiment leur ville malgré tout ! » En grand ordonnateur, le maire Alain Claeys se permit « En France, Poitiers fait partie des plus grandes croissances démographiques, à mettre au crédit des poitevins, mais aussi de celui de Jacques Santrot ». Il se garda d'intervenir sur le centre ville délaissé durant les années Santrot... Stéphane Braconnier soutint l'architecte Yves LION, appuya ce choix pour sauver le centre-ville par réappropriation du centre-ville, mais exprima une réserve : « coeur d'agglo ne doit pas être un vaste forum sans cohérence... Le transport doit être au coeur, l'armature de choix stratégiques, structurants ». Il ne voulut pas laisser un blanc-seing à la majorité municipale, faisant remarquer que « Seul le tramway le fait ! » : ce lien de cohérence inter et intra-urbain. Il ajouta « le partenariat public-privé est une opportunité à saisir ; il serait irresponsable de ne pas le soutenir : il en va de l'avenir de Poitiers... Ce n'est pas à moi qu'il faut dire que le coût du théâtre était trop élevé, c'était une vision à 15 ans de dimension capitale régionale... Je le dis sans esprit polémique... ». C'est de bonne guerre...

Le quatrième adjoint au maire Robert Rochaud se félicita du « choix des marchés concertés [...] C'est une vision globale du partage de l'espace, dans un espace limité. C'est une appropriation des aménagements [...] L'aspect central du Transport répond des contraintes place Leclerc. Je me félicite du rapprochement UMP sur les transports en commun, c'est une position bien différente de celle de Jean Pierre Raffarin et des autres équipes participant au concours d'architecture ».

Baptistère Saint-Jean de Poitiers, sous la neige, le 6 janvier 2009.
© kritix.com

Alain Claeys, par ailleurs Le président du conseil d'administration du CHU de Poitiers, revenant une fois de plus sur le trop fameux « je veux que tout le monde s'exprime... », pour chanter des louanges « Santrot a beaucoup apporté au centre par la médiathèque, le TAP, les cordeliers : l'ensemble bénéficie à la CAP et bien au-delà. Je serai très vigilant sur la question de la place de la voiture. »
      
       Le conseiller Philippe Mahou s'est réjouit « des marchés négociés », tout en s'alarmant sur « le centre-ville [qui] ne va pas bien : les commerces périclitent ! [Coeur d'agglo ne doit pas être un] projet clés en mains ! […] Vous avez voulu rabattre, rebattre les cartes, au risque de vous faire rugir de plaisir ; j'apprécie la cohésion, la lecture du projet » D'un certain assoupissement, une agitation s'exhala et l'on entendit poindre : « Picorer [des idées] ici et là pour un urbanisme partagé avec réaménagements d'espaces publiques ». On se moqua de l'atelier d'architecture king kong et son projet de parking souterrains : les rires moqueurs raillèrent une équipe qui visiblement n'avait pas mesurer les contraintes de l'hyper-centre avec une architecture extravagante voulant faire de l'art pour l'art, pour l'autre, sans harmonie avec la spécificité du Poitiers urbain ! Ainsi, pour le Modem, la concertation de l'équipe LION fut considéré comme le choix des finances, celui d'économies de plusieurs millions d'euros : « réhabiliter la place du marché, le fleurissement sans reconstruire ; Pousser les feux pour que les commerces refleurissent ! » Avec une réserve « non au blanc-seing, vigilance sur le projet ». L'audace architecturale n'est plus en vogue à Poitiers...

« Je m'abstiens sur la délibération. », Maryse Desbourdes, conseillère apparentée LCR et Alternatifs.

Square de l'église Saint-Hilaire le Grand de Poitiers, le 6 janvier 2009.
© kritix.com

La conseillère Maryse Desbourdes : « C'est un projet nécessaire avec ce choix global et celui de ses habitants [...] Ne pas augmenter les impôts locaux et augmenter les services publics [...] Lutter contre la baisse du nombre d'habitants en centre-ville en réhabilitant pour accroître la mixité sociale. Les loyers élevés font que le centre-ville est devenu un carrefour, ce qui est une erreur ! Il faut le rendre aux vélos et piétons : pour y vivre il faut pouvoir y respirer, car on y respire pas aujourd'hui ! » La conseillère s'emportant dans un lyrique hors sujet « La gratuité des services publics auraient eu aussi des effets sur les sans-papiers ! » Le maire l'écouta avec lassitude, cette arlésienne, cette rengaine, cette obsession du tout gratuit... Un fait divers où un immigré en situation irrégulière fut arrêté car sans argent pour s'acquitter de son ticket de transport. L'individu fut arrêté et mis en centre de rétention. Elle s'exclama «  La question de police est en jeu, il y a conflit de compétences entre le privé et l'État ! » Le privé se substitue à l'État ? La conseillère Maryse Desbourdes vitupéra sur les zones commerciales développées par les municipalités précédentes, au rythme de la société de consommation. Puis termina « Doit-on être un plus pour Poitiers et ses habitants : tous les poitevins y compris l'agglomération ? Je m'abstiens sur la délibération. » La conseillère pour Une Alternative à Gauche fut la seule à ne pas approuver le projet.

Allée centrale du parc de Blossac enneigée, Poitiers, le 6 janvier 2009.
© kritix.com

« Merci », fit Alain Claeys, «  C'est une intervention constructive... mener l'ANRU et le projet de concert sera une politique volontaire et audacieuse pendant 6 ans ! » Le maire, quelque peu dans l'embarras, feignant de ne pas l'être sur la question sensible à gauche des sans-papiers, trouva une solution toute sibylline qu'il exprima, laconique sur le sujet : « je tiens à votre disposition un rapport que j'ai demandé à Vitalis ».

Lire la suite dans la prochaine chronique.


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter