En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Sunday  25 June  2017
Bonne lecture !
Chronique 23 - Sunday 3 April 2016 Eric Martin, énarchique « troisième voie » Chronique 22 - Monday 15 February 2016 Fusion-acquisition : Chauvigny, Lusignan et Jaunay-Clan sont de Poitiers ! Chronique 21 - Saturday 18 April 2015 Libéral ultra combat des lys Chronique 20 - Sunday 15 March 2015 Godwin aux manettes de l'occasion Cazeneuve
Chronique 19 - Sunday 26 January 2014 Social-libéral devenu
Chronique 19 - Sunday 26 January 2014 Social-libéral devenu Chronique 18 - Tuesday 31 December 2013 Courson Claeys ! Chronique 17 - Sunday 17 March 2013 PSMV et Bernard Cornu d'avenir ont plu Chronique 16 - Sunday 3 March 2013 Alain Claeys « le gestionnaire » face à l'opposition de gauche Chronique 15 - Monday 18 February 2013 Maxime Huille oblige Alain Claeys de Poitiers Chronique 14 - Tuesday 27 November 2012 Claude Eidelstein JPR préside Grand Poitiers Chronique 13 - Sunday 17 June 2012 LGV Poitiers-Limoges : les féministes mènent grand train Chronique 12 - Wednesday 15 June 2011 Jean-Marie Paratte, figure de réussite Chronique 11 - Thursday 17 February 2011 La malédiction LGV taraude ses commanditaires Chronique 10 - Thursday 16 December 2010 Laurence Vallois-Rouet glacée d'effroi par une Maternelle dépecée Chronique 9 - Sunday 12 December 2010 Les officiers Cornu, Rochaud, Berthier, Macaire délivrent les HLM de l'Oppression Chronique 8 - Tuesday 23 November 2010 Train train Raffarin et viatique du code Vinci Chronique 7 - Sunday 31 October 2010 BHNS et ANR : l'élixir de richesse poitevine Chronique 6 - Saturday 25 September 2010 Richesses redistribuées, Poitiers sécurisé Chronique 5 - Thursday 23 September 2010 Stéphane Braconnier exaspéré par l'alibi national Chronique 4 - Monday 20 September 2010 Patrick Coronas ne veut plus d'un CCAS opaque Chronique 3 - Wednesday 15 September 2010 Poitiers : Maryse Desbourdes dénonce la gestion de la dette voulue par Alain Claeys Chronique 2 - Friday 10 September 2010 Francis Chalard, si sûr de son victorieux étendard Chronique 1 - Monday 30 August 2010 Alain Claeys, bâtisseur du Grand Poitiers
 
19ème Chronique

Social-libéral devenu

Kritix, le Sunday 26 January 2014 - 2533 consultations - Commenter la chronique

Frappé du sceau de l'indigne errance, la pétrification entame tout ce qui agrège par trop l’ego de barbarie. En dehors de lui point de salut claeysien. Malhabile que celui dont la malédiction LGV étreint : nul commanditaire n'en réchappera. D'autant plus forte elle sera que le mépris cumulé la nourrit. Voyez combien des vanités, le pouvoir désarme autant qu'il possède. Le compte à rebours est lancé depuis la fuite d'un Grand Maître. La maîtrise du temps échappe à celui qui court après lui-même.

Cœur d'agglo, catafalque le bel

La conseillère de gauche alternative Maryse Desbourdes, au conseil municipal de Poitiers.
© kritix.com

Maryse Desbourdes, indéfectiblement loyale avec son électorat en six ans de temps, jusqu'au terme du 20 janvier 2013, salle des Échevins en surplomb de la place d'Armes de Poitiers : « Je sais que c'est le dernier Conseil. On peut quand même avoir des choses à se dire, en particulier sur l'association des commerçants du Centre-ville. […] Le constat que l'on peut faire aujourd'hui, tout simple, c'est que de nombreux commerces ferment ! Cela bien sûr est dû en premier à la crise […] mais aussi au fait que se développent à la périphérie de Poitiers, des mastodontes commerciaux où l'accès est plus facile. » Un éléphant peut en cacher un autre... « Cœur d'agglo n'est pas attractif comme vous le désiriez ! Et les commerces sont éphémères en fait. Et même s'ils font des bénéfices au centre-ville, ils s'en vont et vont là où ils vont faire encore plus de bénéfices ! Cœur d'agglo a vidé le centre-ville des voitures, mais pas les parkings ! Aucune proposition n'a été faite pour améliorer les déplacements des poitevins, des quartiers vers le centre et du centre vers les quartiers. Nous, nous avions proposé des navettes gratuites. Avec la vente du théâtre a un promoteur privé pour en faire de nouveaux commerces et des logements de grands standings, vous continuez la même politique : celle de vider le centre-ville […] au détriment d'une ville ouverte et vivante. » Gentrification en ghetto d'un gotha halluciné, vecteur pragmatique d'une milice au « Meilleur des Mondes ».

L'insidieuse pente social-libérale du cabinet noir carboné

Chapiteau de l'église Saint-Jean-de-Montierneuf à Poitiers.
© kritix.com

Robert Rochaud, conseiller de la majorité, préoccupé : « Les quotas de CO2 qui ont été mis en place, font suite au protocole de Kyoto ; qui fait que chaque producteur d'énergie a droit à un quota d'émission de gaz carbonique. L'incinérateur est dans cette situation sur la communauté d'agglomération. Dire que les quotas qui nous restent, on les conserve, et que le délégataire ne peut les vendre que si la collectivité a donné son avis, me paraît en effet une chose indispensable. En revanche, le fait qu'on dise dès maintenant que l'on veuille acheter des quotas de CO2, me pose un autre problème ; parce que cela veut dire que l'on se place dans une situation où l'on irait au-delà des quotas auxquels on a droit ! J'aimerai qu'on garde le premier alinéa où la vente ne peut se faire qu'après concertation avec nous. Mais le fait que l'on en achète d'autres... Moi, ça me pose question. »
       Alain Claeys, visiblement embarrassé, marqua le coup : « Bon... Moi je souscris à ça. »

À la gloire des Partenariats Public-Privés : le président de l'école des partenariats public-privés Stéphane Braconnier permet à Alain Claeys « le bâtisseur » de s'assumer social-libéral.

Monsieur le Président-député-maire de Poitiers en décembre 2013.
© kritix.com

Rappelons qu'un certain Alain Claeys est membre de la Commission des finances au palais Bourbon et que le cabinet Bird and Bird aime à chérir l'optimisation fiscale. Poitiers est ainsi prit dans le Bird and Bird. L'optimisation fiscale dans ce très « respectable » nid, n'est autre que desservir la redistribution républicaine, voire générer l'exil fiscal. Affaires et politique : voilà qui est rafraîchissant... Officiellement pas de conflits ni d'intérêts... Pour notre gouverne rappelons que le complimenté ne goûte guère aux « professionnels de la politique » (sic). Comprenez ce que vous voudrez : moraliser la vie publique a les priorités que l'on veut bien croire. En attendant, on se tutoie, comme si...

Le président-député-maire Alain Claeys fit belle construction, hommage à une Opposition pour lui en retirer toute répartie. Le Grand édile en use en rase campagne. Alain Claeys, à l'imminence du précipité : « Il n'est pas facile d'être dans l'Opposition dans un Conseil municipal. […] Merci à Stéphane Braconnier qui a fait un travail d'Opposition qui était normal en tant que représentant de l'UMP. Mais qui a fait aussi profiter la collectivité locale de ses compétences sur des sujets parfois techniques et je voudrais lui témoigner ma gratitude et le remercier au nom de l'ensemble du Conseil municipal. »

La conseillère de gauche alternative Maryse Desbourdes et le conseiller Maxime HUILLE (MoDem) lors du conseil municipal de Poitiers du 27 septembre 2010.
© kritix.com

Le président-député-maire s'en est allé après avoir poliment remercié l'Opposition et la majorité silencieuse. Majorité toute en réseaux. Son ange passé, c'est en « autocrate » que le Grand élu Alain Claeys mis un terme à sa mandature: l'Opposition n'aura pas le droit d'exprimer son opinion sur le mandat. La séance était levée. Le Grand édile en ricana, impuissant. L'affront fait à la Représentation territoriale trouvera le juste écho dans les urnes.

L'absolutisme sur sa fin

L'opposition de gauche s'indigna in vivo par-devers ledit responsable arrimé de plein gré à l'incapacité politique, démit derechef de ses devoirs et obligations morales. L'école Cahuzac est passée par là, le coup monté peu habile, les éléments de langage inopérants, usés. Loyal envers l'esprit de son mandat, Maryse Desbourdes atterrée par la sinistre fuite en avant de la gauche des renoncements : « Monsieur le maire ! Non, non, quoi ! On a des choses à dire ! C'est bien, vous nous avez rendu hommage, mais on a des choses à dire ! [...] Alors vous êtes là à distribuer les bons points et nous on fait ! Alors bravo la démocratie ! Lamentable ! » L'Opposition centriste et la droite, médusées, incrédules perdaient toute illusion sur la courtoisie républicaine.

Chapiteau de la collégiale Saint-Pierre à Chauvigny (Poitou-Charentes).
© kritix.com

C'est ainsi que se termina le mandat du très courageux Grand Bâtisseur social-libéral et président député-maire désormais tel qu'en lui-même, la langue de bois assumée. La mort dans l'âme, le Grand élu s'en était allé à Paris, les heures qui suivirent, voter la fin du cumul des mandats... pour 2017.

Maintenant voici le temps du bilan et du changement.


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter