En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Monday  25 September  2017
Bonne lecture !
Chronique 61 - Friday 11 June 2010 Claude Eidelstein but le calice budgétaire jusqu'à la lie Chronique 60 - Thursday 3 June 2010 Claude Eidelstein ne jettera pas la pierre... Chronique 59 - Tuesday 1 June 2010 Tourmente poitevine ou la pression fiscale décomplexée Chronique 58 - Saturday 29 May 2010 0,9 de Pâques : cap, cap, cap, codex ! Chronique 57 - Wednesday 26 May 2010 Fibre budgétaire : cachez cette taxe qu'un rigoureux socialiste ne saurait voir ! Chronique 56 - Sunday 23 May 2010 Le transport gratuit d'une exaspération budgétaire Chronique 55 - Sunday 18 April 2010 0,9% : l'Impôt d'un passé de l'Imprévoyance Chronique 54 - Friday 16 April 2010 Alain Claeys a sauvé la CAP de la faillite ! Chronique 53 - Thursday 15 April 2010 La Sarkozie transporte la CAP à grande vitesse Chronique 52 - Friday 2 April 2010 Poitiers, une héritière un peu gauche Chronique 51 - Tuesday 30 March 2010 Poitiers s'enlise dans la précarité Chronique 50 - Wednesday 3 February 2010 La CAP revisite le quart d'heure poitevin Chronique 49 - Thursday 7 January 2010 Le Grand Poitiers fait son chemin et ses tuyaux Chronique 48 - Sunday 3 January 2010 Ryanair : Alain Claeys retrouve le CAP de l'intérêt général et fend l'armure Chronique 47 - Monday 28 December 2009 Poitiers choisit les régressifs de Total pour Toumaï Chronique 46 - Thursday 24 December 2009 Un tunnel pour la Ganterie, parce que Poitiers le vaut bien Chronique 45 - Monday 21 December 2009 Poitiers, si chère à leur cœur... Chronique 44 - Wednesday 16 December 2009 Poitiers en lutte contre la négligence et l'abandon Chronique 43 - Thursday 3 December 2009 Les mille et une couleuvres de l'impôt LGV avalisé par la CAP Chronique 42 - Tuesday 1 December 2009 CAP : le devoir d'exemplarité en question Chronique 41 - Sunday 29 November 2009 Alain Claeys contraint et forcé à jouer Collectif
Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime
Chronique 40 - Wednesday 25 November 2009 Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime Chronique 39 - Monday 23 November 2009 Quand Alain Claeys caresse la démocratie participative Chronique 38 - Thursday 19 November 2009 Poitiers paupérisée ! Chronique 37 - Thursday 15 October 2009 PLU de Poitiers : un bourgeois, une poule, assis sur un tabouret... Chronique 36 - Sunday 11 October 2009 Le bourgeois transparent Chronique 35 - Friday 9 October 2009 Le CCJ et le bon bourgeois Chronique 34 - Tuesday 29 September 2009 Is not CAP sexy ? Chronique 33 - Sunday 27 September 2009 CAP sur LGV : le côté obscur de la transparence Chronique 32 - Tuesday 14 July 2009 CAP : frondaisons estivales de « la réserve d'indiens » Chronique 31 - Sunday 12 July 2009 Claude Thibault et le CAP de la verte fronde Chronique 30 - Wednesday 8 July 2009 Chauffage des Couronneries : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 29 - Saturday 4 July 2009 Poitiers-Jeunes : Alain Claeys s'émancipe de Jacques Santrot Chronique 28 - Saturday 27 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 2) Chronique 27 - Thursday 25 June 2009 CAP : l'attelle du 18 juin (acte 1) Chronique 26 - Thursday 11 June 2009 LGV : l'État Sarkozy c'est la CAP ...itulation ! (acte 2) Chronique 25 - Tuesday 9 June 2009 LGV : l'État c'est la CAP ! (acte 1) Chronique 24 - Tuesday 2 June 2009 Poitiers et le poing d'honneur d'Aurélien Tricot Chronique 23 - Saturday 30 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 2) Chronique 22 - Wednesday 27 May 2009 Huis clos de Poitiers, une certaine idée de la transparence (acte 1) Chronique 21 - Tuesday 5 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 2) Chronique 20 - Sunday 3 May 2009 Entre Rachida Dati et Alain Claeys, un lapin rose se pose (acte 1) Chronique 19 - Saturday 25 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 5) Chronique 18 - Thursday 23 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 4) Chronique 17 - Monday 20 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 3) Chronique 16 - Saturday 18 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 2) Chronique 15 - Wednesday 15 April 2009 Mot Claeys, clé de la duplicité poitevine (acte 1) Chronique 14 - Saturday 11 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 3) Chronique 13 - Wednesday 8 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 2) Chronique 12 - Friday 3 April 2009 Conseil CAP : Philippe Brottier, dignité fontenoise (acte 1) Chronique 11 - Wednesday 4 March 2009 Cantine de Poitiers : Alain Claeys très soupe au lait ! Chronique 10 - Tuesday 3 March 2009 Poitiers sereine... Mais que fait Alain Claeys ? Il investit... Chronique 9 - Saturday 21 February 2009 Alain Claeys, président de la CAP, ne créera pas de nouvel impôt Chronique 8 - Sunday 8 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 2) Chronique 7 - Thursday 5 February 2009 Coeur d'agglo : Poitiers accroche un Lion de plus à son blason (acte 1) Chronique 6 - Friday 16 January 2009 Rires sous CAP : déboires à plus soif du Poitiers fiscal ! Chronique 5 - Monday 12 January 2009 Mauvais CAP à la Communauté d'agglomération de Poitiers Chronique 4 - Monday 5 January 2009 Poitiers, paix sociale en ordre de bataille Chronique 3 - Saturday 3 January 2009 Tandem pictave Claeys-Desbourdes : « je t'aime moi non plus ! » Chronique 2 - Wednesday 3 December 2008 Poitiers, délicate démocratie locale selon Alain Claeys Chronique 1 - Monday 1 December 2008 Poitiers d'Alain Claeys, si bien en son Conseil...
 
40ème Chronique

Poitiers-sécurité : « Logiparc-SIPEA » a la hache, elle aime

Kritix, le Wednesday 25 November 2009 - 3647 consultations - Commenter la chronique

Entendez-vous la rumeur, de part les tortueux méandres de Poitiers, ce spasme claudiquant d'une belle endormie ? Le conseil municipale de Poitiers du 16 novembre 2009 poursuivait son cours...

Délibération 26 : subvention de 10 000 euros pour une épicerie sociale. Alain Claeys s'épancha sur le déclin d'une capitale régionale en sursis, triste, « Malheureusement nous avons une épicerie sociale en centre-ville ! »
       Délibération 35 : le conseiller Maurice Monange exposa le passage litigieux de la LGV SEA, « C'est un site sensible de la CAP avec ceux de Fontaine-le-Comte et de Vouneuil-sou-Biard. [...] Concernant la rue des Cosses, on a travaillé sur une zone plus large que le tracé strict, à l'occasion d'accords amiables fructueux. Une habitation a été exclue, située à 70 mètres de la tranchée. Le concessionnaire sera choisi l'année prochaine. [...] L'opération a été intégrée à une convention avec l'État. Le préfet a prévu une commission "Engagements de l'État", dans le cadre d'un suivi de ces aménagements sensibles. »

Toits de Poitiers en juillet 2009.
© kritix.com

Le conseiller Robert Rochaud, compléta, « Les élus verts ont toujours été favorables à la LGV SEA. Nous souhaitons cependant limiter les nuisances des réseaux et associer les Collectifs. Le préfet s'est engagé à ne pas recourir à des actions d'expropriations judiciaires. [Mais] si le niveau de bruit est supérieur à 5 décibels, le concessionnaire serait en mesure d'exproprier ! »
       Alain Claeys interjeta, « C'est le préfet qui gèrera le comité de suivi... »
       Maryse Desbourdes s'indigna, « Pourquoi n'en est-il pas de même à Chasseneuil du Poitou ? Qu'en est-il des ententes entre les communes de la CAP ? »
       Le président député-maire répondit selon ce qui l'arrangea, « On est à la mairie de Poitiers : on ne délibère pas en dehors ! » Monsieur Alain Claeys maire, monsieur Alain Claeys président et monsieur Alain Claeys député... sont une et même personne, mais qui selon les séances, habite un nouveau personnage aux prérogatives très circonstanciées... qui selon son bon vouloir se lient ou se délient !
       Maryse Desbourdes tint bon devant une hypocrisie aux manifestations républicaines grossières, « On est à la CAP ! Le cas de la rue des Cosses pose questions ! Cette délibération est différente des autres [en ce qu'elle est un précèdent] pour les petites communes ! Et là, on ne m'écoute pas ! [Alain Claeys discutait en aparté, ignorant volontairement son opposante, NDR] On ne vote pas pour le bien de tout le monde : ce n'est pas bien ! Vous êtes président de la CAP ! » L'ambiguïté des fonctions représentatives perverti gravement la république française...

La conseillère communiste Anne Joulain, intègre, « Nous sommes opposés à un concessionnaire privé, quand la ligne a un financement public. Ce protocole est utile, mais la composition n'est pas juste en ce qui concerne ses membres avec une délégation privée ! Est-ce que l'on pourrait retravailler cette délibération ? » Le maire esquissa un sourire dédaigneux. C'est regrettable, surtout à l'égard de citoyennes qui ont bien souvent davantage de sagesse, en toutes choses...
       Maurice Monange, embarrassé, « Il faudrait voter ce soir ! [Le protocole] est un plus pour les riverains : il y en a d'autres pour le droit au retour ou au départ [des riverains] » L'humour du conseiller vétéran ne fut pas de trop et emporta par ces ultimes paroles, les rires. Puis il ajouta, pour être exhaustif, « L'aménagement est sous la responsabilité du préfet. Le tracé fait 40 mètres de large, puis dans une zone de 400 mètres, des aménagements de loisirs et sportifs seront réalisés. Avec la présence de la CAP, ce sont des engagements forts ! C'est un bon exemple d'une insertion travaillée, étudiée... »
       Le maire passa en force et fit enregistrer par la docilité de ses conseillers, une délibération bien peu solidaire, après le très respectueux « Tout le monde est éclairé ? »

Parking de l'espace multimodal de la gare de Poitiers, dédié aux générations futures...
© kritix.com

Puis vint la question récurrente des parkings vides de Poitiers. Vous savez, ceux construits pour les générations futures, dans un quartier de la gare où les incivilités routières n'ont jamais été aussi importantes depuis les dispendieux réaménagements : les entreprises et les poitevins évitent de passer par ces aménagements grotesques où la voiture est bannie ! Que celui qui peut rouler à 30 Kms dans le tunnel poitevin montre sa prouesse : nul ne respecte ces limitations arbitraires ! Les embouteillages sont pires qu'avant...
       Robert Rochaud, « C'est la première fois que les contribuables vont payer pour la voiture ! Il y a trop de places inoccupées ! Pour améliorer l'attractivité commerciale du centre-ville, il faudrait préférer des incitations pour les transports collectifs... »
       Le conseiller modem Philippe Mahou, « Je suis pour ce principe. Il faudrait la gratuité totale [des parkings] ! »
       Alain Claeys commença à polémiqua avant de s'arrêter net, « Les commerçants ne paieront plus la taxe professionnelle, j'arrête ! »

Les conseillers de Poitiers portèrent leur dévolu sur SIPEA, un énième organisme urbanistique tourné vers les Couronneries, qui ne relèvent pas de l'ANRU.
       L'un des administrateurs de SIPEA, un certain Alain Claeys, « Pour l'avenir, il faudra estimer le nombre de bailleurs sociaux à Poitiers. » Et après avoir exposé l'évolution actionnarial de SIPEA, en réponse à un impérieux besoin en fonds propres, le maire continua, « Voilà comment je vois la situation en tant que maire de cette ville. [...] J'interromps le conseil municipal pour qu'ils s'expriment. » Certains conseillers cumulent en effet des fonctions au sein de bailleurs sociaux... ce qui impose une suspension de séance.
       Robert Rochaud, « [La délibération SIPEA] est importante : on ne peut être que pour ! Logiparc ne participe pas à l'effort municipal. »
       Alain Claeys, « Toi, tu peux parler, Anne ! Tu parlerai quand même de toute façon... »
       Anne Joulain, « [La délibération SIPEA,] c'est l'amélioration du cadre de vie et la baisse des charges ; Patrick Coronas a lu tous les tableaux ! »
       Alain Claeys, narquois, « Vous pouvez lui faire confiance ! On vote... Adopté ! » Le maire souriait après ce formalisme de l'enregistrement...

Le conseiller UMP Stéphane Braconnier souligna la complémentarité des différents bailleurs sociaux sur la commune et mit en garde la majorité contre toute concurrence malsaine entre ces même bailleurs. SIPEA s'est lancé dans le HQE, avec le risque d'une hausse des loyers pour une population précarisée et vulnérable, même si l'intention est d'endiguer l'explosion des charges porté par la privatisation des entreprises productrices d'énergies. Le renchérissement du logement dépend des normes obérant les budgets de tous. Dans ce contexte, Poitiers excelle en matière de parc social urbain, eu égard à ce qui est mené partout en France.
       Devant le bon sens exprimé par l'UMP poitevine, le maire fut enclin à décliner parcimonieusement, « Je vous rejoins sur votre analyse ! » En somme, il y aurait bien un risque réel de bailleurs sociaux doublons, alors que les caisses du trésor municipal sont quasiment vides avec la prochaine disette budgétaire post-électorale du printemps 2010 !

De gauche à droite : l'adjoint au maire Francis Chalard, la 1ère adjointe Christine Sarrazin-Baudoux et le député-maire Alain Claeys. Conseil municipal du 16 novembre 2009.
© kritix.com

Jean François Macaire souligna la mauvaise gestion de SIPEA qui ne pouvait pas fusionner avec la bonne gestion de Logiparc (Notons que Logiparc est majoritaire dans le parc social urbain de Poitiers). Il dénonça, « le problème d'attractivité : le gouvernement nous pousse à faire des ghettos. Les classes moyennes sont exclues. On a une baisse de la mixité sociale. Il faut un image positive du service publique du logement, compétitif : on est en concurrence sur la qualité, l'attractivité. La baisse des plafonds de ressources : c'est dommage ! Il faut un fichier du logement unique. [...] Les frais de maintenances sont importants, car les logements sont obsolètes. Il faut compter 50 ans pour les murs, 20 ans pour la plomberie. Il faut redonner de l'argent aux actionnaires. » La sociale démocratie de Ségolène Royal le rattrapa...
       Alain Claeys ne laissa pas passer sa bonne fortune, « C'est un point de détail dont nous discuterons ! » Dans son cabinet bien sûr... comme il aime à le rappeler à ceux qui seraient un peu léger avec le respect de l'Autorité... enfin, la sienne. L'enjeu de la discussion portait sur près de 3000 familles...
       Le conseiller Bernard Cornu, vertueux, « Je suis heureux de ce que j'entends, concernant les objectifs tant quantitatifs que qualitatifs. Mais aussi sur le PLH et le travail [de la municipalité] avec les bailleurs. » Il défendit une mutualisation des moyens pour atteindre les objectifs stratégiques de SIPEA dans « la cohérence et l'exhaustivité de toutes les questions relatives au protocole d'aides, que nous votons dans cette délibération. » Il faut noter que les procédures diffèrent entre Logiparc et SIPEA.

20h45, fin de la suspension de séance. Le Conseil reprenait... Robert Rochaud parla plomberie et cloisons sèches, tout en rendant hommage à la mémoire d'un acteur important du projet délibéré. Le maire remercia les fonctionnaires, puis fit lever des pénalités de chantiers à l'encontre de responsables peu rigoureux, avec un manque évident de professionnalisme. Le maire voulut que ces peccadilles aillent aux oubliettes, « Tout ça, c'est règlé ! » Sa première adjointe Christine Sarrazin-Baudoux, en charge d'éteindre les incendies de la maison municipale, esquissa un rictus qui lui venait du cœur.

Créature de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Novembre 2009.
© kritix.com

C'est alors que la conseillère Éliane Rousseau intervint à l'arraché, « Je demanderai un peu plus de temps ! »
       Alain Claeys, « On la passera en dernier ! » C'est en bons camarades qu'ils se disputèrent le déroulé de la séance... Le conseiller Maurice Monange exposa quelqu'affaires ordinaires, puis le franc-parler d'Éliane Rousseau décontenança les élus, rompant ainsi toutes les bienséances et hypocrisies si communes, « Pour une fois, c'est la ville qui participe moins que Logiparc [à l'augmentation de capital de SIPEA] ! » En effet, Poitiers apporte d'ordinaire une lourde contribution aux fonds propres de SIPEA. Le maire feignit ne pas apprécier, tout sourire, « C'est Éliane ! ». Et tout le monde ria. Derrière l'affable franchise trônait toute la peinture du malaise social poitevin.

Alain Claeys tonna, « Je reviens à la [délibération 54]. Éliane ! »
       Éliane Rousseau, combative, « C'est un dossier qui aurait dû être traité depuis longtemps ! [Le maire leva les yeux au ciel, pensant à son prédécesseur, NDR] J'ai rencontré le maire lors d'une commission. Nous ne sommes pas d'accord : il n'y a que deux femmes dans la liste de la commission pour les noms de rues ! Je voulais la parité ! » Le féminisme se heurta à de viriles réalités, tantôt machistes, tantôt historiques. En tout cas, la rigolade était maîtresse des élus.
       Stéphane Braconnier, « Il convient que les rues portent les noms de ceux qui firent rayonner l'Université. La réalité est purement objective : si au XIXème il y a eu beaucoup d'hommes, le débat est à côté de l'enjeu... »
       Alain Claeys, jurant de la main droite, « J'ai rien dit ! »
       Stéphane Braconnier, « On pourrait choisir un nom parmi les vivants... »
       Philippe Mahou, « En terme d'éthique, c'est embêtant... »

La question se porta sur un ancien notable défunt qui bénéficia d'un modeste chemin pour seule mémoire. Les sourires politiciens se répandirent sans crier gare... La conseillère Anne Joulain trouva la transmission de la liste de noms peu démocratique : elle l'avait devant les yeux pour la première fois ! Elle-même enseignant-chercheur en sciences dures, elle s'étonna du peu de place dédiée aux sciences sociales, que certains appellent molles...
       Robert Rochaud, « Nommer un chemin par le nom d'un ancien adjoint au maire de poitiers et professeur des Universités [est fâcheux] » Une réponse politique sûrement...
       Éliane Rousseau indignée, « C'est l'Université qui a imposé ! »
       Alain Claeys voyant la polémique à ses pieds, s'écria, « NON, Non, non Éliane ! Je veux approfondir [le sujet avec les responsables] de l'Université et nous trouverons [sur le campus] une solution. » Les relations entre la mairie et les instances de l'Université de Poitiers furent en effet souvent orageuses sous les mandatures de Jacques Santrot, ce que Alain Claeys s'emploie à corriger contre vents et marées.

Horloge de l'hôtel de Ville de Poitiers, après la séance publique du conseil municipal du 16 novembre 2009.
© kritix.com

21h06, un vœu fut adopté, relatif aux droits de l'enfant et plus particulièrement aux remises en causes gouvernementales du défenseur de l'enfant ; ce médiateur inter-institutionnel. La majorité municipale socialiste manifesta son incompréhension devant la remise en cause de l'indépendance de cette institution.

21h10, Alain Claeys leva son Conseil.
       Le maire permit alors à des membres de Réseau Éducation Sans Frontières de faire part de leur émoi. Ils dénoncèrent une politique nationale de zèle, obligeant les sans papiers à quitter le territoire français. « Poitiers devient une ville phare dans les expulsions d'étrangers ! »
       Alain Claeys, mortifié, « Dans un parcours universitaire, une exclusion est une chose inacceptable ! »

21h12, les élus quittèrent la salle des Échevins.


Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2014-...) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2014-...) [externe]
Trombinoscope de la municipalité de Poitiers (2008-2014) [pdf]
Trombinoscope de la Communauté d'Agglomération de Poitiers (2008-2014) [pdf]

Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter