En 2015, François Hollande c'est 900 euros de dette publique supplémentaire par français !
Sunday  17 December  2017
Bonne lecture !
 
7ème Chronique

Absolutisme de Hollande

Kritix, le Saturday 23 June 2012 - 1914 consultations - Commenter la chronique


       Législatives françaises 2012 : victoire du gouvernement Absention 43,71 % et du Bipartisme triomphant. Diane de Poitiers marqua la France tout autant que son temps.

Au soir du 17 juin 2012, le déliquescent scrutin uninominal majoritaire à deux tours n'en finit pas de conduire la République à l'impasse. Une Représentation Nationale légaliste, caricaturale, atrophiée s'installe au palais Bourbon. La France Hollande courtise Bilderberg et le savant accord Hollande-Monti que le disciple Valls sait défendre à tout rompre en si bonne compagnie. Le président de la République française François Hollande gagne du temps, coutumier du fait ; ne gazouille sur le perchoir ni n'oublie son vase de Soissons. Fin stratège, caméléon du Renseignement, au débat il ménage, ironise et assène, observe tout ce qui compte à l'ultime moment du choix. Et attend, jusqu'à ce que rituel de la décision subséquente s'impose.

L'absolutisme, c'est maintenant !

Le président François Hollande s'est engagé à divorcer de ce funeste mode de scrutin majoritaire. Il sait combien juste équilibre politique évite ruines et guerres. En attendant, il mesure et compose avec cette foudre franco-allemande : sacre matriarcal d'une rêvée Social-démocratie qui attend.

François Hollande a une responsabilité de type roulette russe. L'absolutisme dont il dispose au soir du 17 juin 2012, a le don d'étourdir la meilleure des vigies des plus lointaines poternes politiques de l'Oural. Son salut tient dans la mise en forme et pratique du discours mitterrandien. Tant qu'il s'y conformera, il tiendra. Dés lors qu'il prêtera allégeance au clan Bilderberg, la France le fera tomber. Bien instruit, le premier magistrat de France restaure la voix de la France et, devant condescendance, fielleuse courtoisie anglo-saxonne, trouve le ton de s'en départir.

La France soigne Europe sur le mont Palatin

Triomphe de Hollande
© kritix.com

François Hollande est un pragmatique mâtiné de petit soir et de bons mots. L'école de Solférino forge le caractère discret. Force et faiblesse de celui dont la France attend le service le plus consommé, le plus absolu. Les diversités françaises ont soif d'unité : concorde sociale à restaurer, politiquement correct à cantonner.

Ayrault II, rabatteur du panier de crabes, épaule germanophile, met en musique le triomphe Hollande de rôles en rôles de coursives, quand premier magistrat de France très laïque, détaché, ordonne : humiliation puis mise au ban de tout ce qui entrave rancune du bon plaisir républicain.
       Changement de régime pour hier. Permanences républicaines pour maintenant. Ainsi va le maçon construire : prudent aux fondations, dextre en la raison de son état.


Pour commenter cette chronique, connectez-vous...
Pour s'inscrire, cliquez-ici.
Pseudonyme
Mot de passe
Mémoriser


Mot de passe oublié ?
 
Regrets éternels en langue de bois d'un Bourget
Sans dents et sans reproches
Élan patriotique pour un 11 janvier 2015 en « balles tragiques » à mille temps
Pragmatique
Phrygien d'airain
Gastronome en talonnette courte
PPP ou l'impuissance du Politique
Jean-Marc Ayrault, payeur de Notre-Dame-des-Landes
Lepage Corinne, courage Parménide
'Shame on you' américano-hollandais
Livre tournois de Valençay
Commandement normatif
Bilderberg, la pieuvre
Bipartisme défait
Lumières de Hollande

Être tenu informé des dernières chroniques publiées en s'abonnant à ce flux RSS

Follow kritix on Twitter